Téléconsultations permises aux physiothérapeutes

Le texte légal ouvre la possibilité aux kinésithérapeutes de recourir aux téléconsultations pour certains traitements.

Avec la publication du texte le samedi 18 avril en Journal officiel, le ministère de la Solidarité et de la Santé permet désormais aux masseurs-kinésithérapeutes d'effectuer à distance certaines tâches (quatorze au total), à travers téléconsultation. Cette nouvelle mesure est particulièrement nécessaire à un moment où l'épidémie de Covid-19 fait toujours rage.

«Les télésoins en physiothérapie, une barrière de mesure par excellence, garantiront un suivi, une évaluation régulière, un rappel des directives de prophylaxie et des exercices de rééducation contrôlés, réduisant ainsi la perte de chance et le risque de conséquences fonctionnelles pour de nombreux patients.», a accueilli dans un communiqué la Fédération française des masseurs-kinésithérapeutes en réadaptation (FFMKR).

Si, comme de nombreux autres professionnels de la santé, les physiothérapeutes devaient fermer la porte de leur cabinet pendant la fermeture, ils continuaient à fournir des soins à domicile à de nombreux patients qui en avaient absolument besoin. Par exemple, les personnes atteintes de maladie pulmonaire obstructive (MPOC) ou de fibrose kystique ne peuvent se passer de l'intervention presque quotidienne d'un masseur-physiothérapeute, qui risque d'aggraver leurs troubles. D'autres, comme ceux souffrant de douleurs lombaires chroniques, ont dû prendre leur douleur patiemment.

Lutter contre l'abandon des soins de santé

Les personnes ayant des conséquences neurologiques qui doivent réapprendre certains gestes par l'exercice, celles qui doivent se remettre de la chirurgie ou celles qui ont des douleurs au cou ou autres bénéficieront de la téléconsultation. Ils auront lieu à travers plate-forme sécurisée. Par conséquent, le patient doit avoir un smartphone, une tablette ou un ordinateur pour voir son physiothérapeute. Mais attention "Il ne peut absolument pas remplacer complètement le traitement classique, prévient Frédéric Srour, président de la commission d'éthique et de déontologie du Conseil national de l'Ordre des Masseurs-Kinésithérapeutes, au micro Franceinfo. Cela nous aidera à continuer à prendre soin et à réduire le risque de perte progressive d'autonomie. Cependant, il doit être implémenté dans les règles de sécurité les plus élevées. "

Téléconsultations permises aux physiothérapeutes
4.9 (98%) 32 votes